Gaëlle Magder découvre la photographie à l’âge de huit ans lorsque ses parents lui offrent son premier appareil photo Kodak à disques. Se succéderont ensuite plusieurs boîtiers de plus en plus perfectionnés, avec lesquels elle expérimente en noir et blanc avant de s’emballer pour la couleur.
Quelques années plus tard, en 2001, elle sort diplômée de l’école Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Elle se passionne pour le documentaire et s’intéresse plus particulièrement à l’humain et sa place dans la société.. Elle collabore pendant longtemps avec la presse et l’édition, en parallèle d’expositions de travaux personnels.
Puis elle fait deux beaux enfants et met sa carrière un peu entre parenthèses, avant de créer l’Atelier Diptik, photographie d’auteur au service des entreprises.

Elle est distribuée par Readymade et la Saif Images.
En 2019, elle publie un livre-objet, sur une vision personnelle de Saint-Malo, dans la collection This is not a map en collaboration avec le photographe Guillaume Lebrun.
Le confinement, dû au Coronavirus, l’amène à relancer sa carrière artistique et à créer de nouvelles séries personnelles. Elle travaille actuellement sur un projet au long court autour des contes et légendes.